Katalog GES



LE POIDS DÉMOGRAPHIQUE DES FEMMES SEULES EN FRANCE (Deuxième moitié du XIXesiècle)

Quelques calculs effectués sur les pyramides des âges (par sexe, état matrimonial et par département) issues des recensements de 1851 et 1896 permettent de préciser certains aspects démographiques de la « solitude » féminine (célibataires ou veuves). La répartition par âge, les... Full description

1st Person: BOURDELAIS, Patrice verfasserin
Source: in Annales de démographie historique (01.1981), p. 215-227
More Articles
Type of Publication: Article
Language: French
Published: 1981
Online: Volltext
  Search for full text
Summary: Quelques calculs effectués sur les pyramides des âges (par sexe, état matrimonial et par département) issues des recensements de 1851 et 1896 permettent de préciser certains aspects démographiques de la « solitude » féminine (célibataires ou veuves). La répartition par âge, les écarts par rapport à la « solitude » masculine, et les disparités régionales ont particulièrement retenu l'attention. De 1851 à 1896 les grandes lignes demeurent, la proportion des femmes célibataires ou veuves atteint un minimum entre 35 et 44 ans (25 % de chaque groupe d'âges), simple conséquence de la diminution du nombre des célibataires dont les mariages, récents, n'ont en général pas été rompus. Massivement, les isolées sont surtout les femmes âgées (32 % à 50-54 ans, plus de 70 % après 70 ans). Après 50 ans, la solitude est aussi plus souvent féminine ; elle concerne une femme sur deux, et seulement un homme sur quatre. Géographiquement, un très large Bassin parisien se détache par ses faibles proportions d'hommes et de femmes célibataires ou veufs. En revanche, une proportion élevée de célibataires de chaque sexe se rencontre dans les mêmes départements (Morbihan, Loire-Inférieure, Hérault, Aveyron, Lozère, Haute-Loire, Doubs). Dans le nord et l'ouest du Massif central, le Finistère et la Vendée, les veufs et veuves sont particulièrement nombreux. Enfin, des régions où la proportion de femmes isolées est très élevée (entre le tiers et la moitié des 20-59 ans) ont été mises en évidence. Il s'agit de la Bretagne et du Cotentin, de l'Est de la France, d'une partie du Massif central et des Pyrénées occidentales. Bien sûr, ces éléments sont à insérer dans les modèles démographiques régionaux, cependant ils posent déjà de nombreuses questions auxquelles on s'efforcera de répondre. A study made of the age distribution of single women and men from 1851 to 1896 highlights regional differences of great importance. Single women were least numerous in the 35 to 44 age group, and the number increased after the age of 50 to attain 70 % of the female population ofer 70. One out of two women over 50 lived alone whereas only one out of four men did. Geographically, the Paris region was exceptional in that fewer single people lived there than elsewhere in the country; on the other hand, Brittany, eastern France, Central France, and the western Pyrenees had especially high numbers of single women. These findings will be studied in their regional context, and the questions arising from these findings discussed in this article.
Item Description: Copyright: © 1981 Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
Physical Description: Online-Ressource
ISSN: 1776-2774

Similar Items

Cannot find similar records

Library Services

Search Options

Quick links

Orientation